• Le chef, c'est "je", mais pas "nous"...« Le chef est celui qui prend tout en charge. Il dit : "J'ai été battu".Il ne dit pas : " Mes soldats ont été battus ". » (Pilote de guerre) (A de St Exupéry)


    votre commentaire
  • Un bon jugement est le fruit de l'expérience, mais l'expérience est le résultat d'erreurs de jugement

     

     


    votre commentaire
  • Dans une hiérarchie chaque employé tend à s'élever jusqu'à son niveau d'incompétence. Le travail est réalisé par ceux qui n'ont pas encore atteint leur niveau d'incompétence. (Bernard Werber "Nous les Dieux" - Livre de poche 30582-p197)


     


    votre commentaire
  •  

    On ne peut pas définir la qualité, on la reconnaît quand on la voit.('Mintzberg)

     


    votre commentaire
  • On ne va jamais si loin que lorsque l'on ne sait pas où l'on va (Rivarol)


    votre commentaire
  • Le Principe de Peter édicte qu'une hiérarchie tend à amener ses salariés à leur niveau d'incompétence. Et vous, vous êtes vous posé la question ? 


    votre commentaire
  • « L’échec est seulement l’opportunité de recommencer d’une façon plus intelligente.» a dit Henri Ford.

    Robert Schuller a prononcé cette phrase célèbre : « l’échec ne signifie pas que vous êtes un raté, mais que vous n’avez pas encore réussi. »


    votre commentaire
  • "N'essayez pas de devenir une homme qui a du succès. Essayer de devenir un homme de valeur."[ Albert Einstein ]


    votre commentaire
  • La délégation, un acte de management ...La délégation n'est pas un moyen de se décharger sur ses collaborateurs des tâches ingrates.

    Pour entreprendre une délégation vers un de ses collaborateurs, il ne faut pas attendre d'être déborder. La délégation doit permette au déléguant de se concentrer sur des dossiers structurant . Toutefois, il ne doit pas confier que les tâches ou les missions ingrates à ses collaborateurs. C'est le réflexe, un moyen pour le manager de ne pas s'encombrer des choses futiles, qui bien souvent concernent des actions sans valeur ajoutée pour lui, mais encore moins pour le collaborateur.  Elle lui permet d'avoir du temps. Le temps, un paramètre prégnant dans la vie au quotidien. Pas fréquent, le cadre qui n'est pas débordé ! Or, le propre du cadre est de s'organiser pour mener à bien ce qu'il a à faire. Un cadre qui n'est pas débordé, n'est semble-t-il pas concevable. Cela est-il un moyen de ce mettre en avant  au regard du N+1 ? Gilles Corcos écrit que "se valoriser c'est tout d'abord apprendre à valoriser les autres." (Développer vos compétences émotionnelles - ed Eyrolles). La délégation est un moyen d'offrir à ses collaborateurs un espace d'expression de leur compétence, leur savoir faire. C'est difficile, à la limite frustrant car l'intérêt pour tout manager qui mène bien la mission, c'est quelque part recueillir les "lauriers". L'impression d'être dans l'ombre pour le manager peut être mal vécu, mais quelle satisfaction de voir son collaborateur prendre du plaisir dans ce qu'il fait.

    La délégation est un acte de management. Sa nature première est faire évoluer ses collaborateurs ("Déléguer pour accroître l'efficacité collective" Gaëlle Ginibrière - La Gazette 20 septembre 2010 p64).

    Elle implique la confiance vis à vis des subordonnées. Connaître ses collaborateurs est le préambule à la l'action de déléguer. La délégation n'est pas un acte neutre, elle contribue, au delà du bien fondé vis à vis des collaborateurs, à l'accomplissement de la mission et plus globalement au développement de l'organisation. Jean  Dominique Zanus avance que "lorsque je délègue une tâche à un collaborateur, je ne délègue jamais la responsabilité" (Votre squelette est-il solide ?" - la Lettre du Cadre n°395 15/02/2010). On dit aussi que la confiance n'empêche pas le contrôle.
    L'éthymologie du terme de "responsabilité" renvoie au verbe latin "respondere", qui signifie "se porter garant, répondre de". Ainsi, lorsque la délégation s'établit, le manager ne voit pas son niveau de responsabilité diminué. Outre le fait qu'il la conserve pleine et entière pour ce qui concerne la mission, elle prend une dimension supérieur et particulière, la dimension humaine! Le manager n'est plus seulement garant de la mission, il aussi garant de ses collaborateurs.

    La délégation rend le manager plus disponible, la disponibilité lui permet de déléguer dans les meilleures conditions tant pour la mission que pour les collaborateurs.

    La relation humaine demande de la disponibilité pour ses collaborateurs. Elle est indispensable. Nos collaborateurs, dans leur mission, subissent des pressions de toute sorte, notre disponibilité les rassure inconsciemment même si ils ne l'admettent pas, ou n'en parle pas. Par disponibilité, j'entends "être présent". Présence verbale, présence non verbale.

    Le manager dans son quotidien travaille dans un contexte ou le lien avec les autres prend une dimension telle qu'il y prend du temps. Ne pas intégrer cette composante, peut induire un mal être chez le manager. Le temps passé avec les autres doit être considérer comme faisant partie du travail.

    Saint Exupéry disait "La grandeur d'un métier est avant tout d'unir les hommes ; il n'est qu'un luxe véritable et c'est celui des relations humaines."


    votre commentaire
  • "L'autre est le chemin le plus court pour mener à soi." (Paul Ricoeur)

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Ricoeur


    votre commentaire