• Le Management Minute : affûtez votre intuition pour bien décider  dans l’urgence Plutôt que d’attendre d’avoir un maximum d’informations, suivez votre intuition. C’est plus fiable qu’on ne le pense.


    Lorsqu’ils prennent des décisions d’achat et de vente, les traders tranchent à l’instinct, ne jetant qu’un bref coup d’œil aux statistiques qui foisonnent sur leurs écrans. De même, les médecins urgentistes agissent souvent sans prendre le temps d’effectuer un diagnostic approfondi. Quant aux techniciens de hot line qui dépannent nos ordinateurs à distance, ils sont capables de comprendre ce qu’on ne leur dit pas.


    «L’intuition est un accélérateur d’intelligence, elle permet d’analyser une situation en un éclair, à partir d’un détail ou d’un signal faible», explique Pascale Auger, professeure à Euromed Management et auteure de «Manager des situations complexes» (Dunod). Pour l’économiste Daniel Kahneman, ce mode d’analyse s’appuie sur nos connaissances et nos acquis : «On apprend à reconnaître des éléments familiers dans une situation nouvelle.»


    L’analyse rapide suppose donc d’avoir de l’expérience dans un domaine. Mais elle requiert aussi une disposition d’esprit, liée à notre capacité à écouter et à absorber, sans préjugés, tout ce qui nous entoure. Comment la développer ? «En sortant des sentiers battus, pour varier les angles de vue, et en refoulant nos peurs, qui bloquent l’intuition», répond Pascale Bélorgey, manager de l’offre de formation en efficacité professionnelle chez Cegos et chargée du stage «L’intuition : s’écouter pour décider».


    Dans un monde où l’on apprend à réfléchir avant de passer à l’acte, on se méfie de la décision intuitive, assimilée au coup de tête, qui nous ferait agir en dépit du bon sens, sous l’empire de l’émotion. Or elle s’appuie sur un véritable processus analytique. «D’ailleurs, 90% des stratégies, même dans les grands groupes, reposent sur elle», estime Bruno Jarrosson, chez DMJ Consultants. Ce mode de décision présente donc un double intérêt : il permet de gagner un temps considérable et se révèle de surcroît performant, surtout dans un environnement stable. «Lorsque ce dernier est changeant, la décision intuitive comporte une part de risque plus importante, convient Bruno Jarrosson. L’industrie du disque ou la VPC en ont fait les frais.»


    Certes, le management minute soulève toujours des réticences liées à son caractère apparemment arbitraire. Pour contourner les objections, ayez le réflexe de confronter vos intuitions au réel. Ce sera un bon moyen de les tester mais aussi de renforcer votre argumentaire pour convaincre vos équipes.


    Pourquoi il faut savoir décider tôt ?
    C’est lorsqu’on a peu d’informations et de visibilité sur un projet  que nos décisions ont le plus d’impact. Kristian Kreiner et Soren Christensen, théoriciens de l’organisation, ont mis ce paradoxe en lumière dans leur modèle des conséquences (schéma ci-contre). “La tentation est grande d’attendre pour avoir plus d’informations, mais ce serait une erreur”, confirme Hervé Laroche, professeur à l’ESCP. Tout d’abord, parce que plus vous tarderez, moins il y aura de décisions importantes à prendre. Ensuite, parce que vous aurez favorisé des choix implicites de la part de vos équipes, qui ne seront peut-être pas les meilleurs. Mieux vaut donc avoir le courage de prendre des décisions tôt, quitte à s’appuyer, pour cela, sur des bases incertaines.  
     

    Christine Halary

    04/06/2013


    votre commentaire
  • "Le plus important élément de la personnalité correspond à la personne que les autres perçoivent ." (Tomas Chamorro-Premuzic, professeur de psychologie à l'université de Londres)


    votre commentaire
  • [...]« L’encadrement »  désigne  tous  les  emplois,  au  sein  d’une  entreprise,  dont  le  travail implique de diriger une équipe de salariés subordonnés . Il suppose un lien hiérarchique.[...] ("Manager en dernier ressort-Le travail de l'encadrement de proximité à EDF"  Emmanuel Martin, thèse doctorale, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 201)
        


    votre commentaire
  • [...] Si les managers percevaient mieux que l'organisation réelle n'est jamais l'organisation apparente et que le changement de comportement ne se décrète pas avec des écrits ou par l'annonce d'un nouvel organigramme, ils feraient l'économie de solutions qui consistent, ici encore, à faire toujours plus de la même chose.[...] ("Manager par l'approche systémique" Dominique Bériot, Ed. Eyrolles, 2010 p43) 


    votre commentaire
  • [...] l'important est qu'une règle de travail ne se bâtit jamais uniquement par rapport à son efficacité instrumentale et son utilité économique, mais aussi par référence à ce qui permet à tous les membres du collectif de s'entendre. De ce fait, coopérer, ce n'est pas seulement produire, c'est aussi vivre ensemble. Contrairement à la coordination qui de contente d'assurer l'articulation des activités singulières, la coopération repose sur la volonté des personnes de travailler les unes avec les autres et de surmonter collectivement les contradictions de l'organisation prescrite. C'est un point crucial pour saisir les défis du moment : la coopération ne se décrète pas.[...] ("La panne - Repenser le travail et changer la vie" Chistophe Dejours, entretien avec Béatrice Bouniol, Éd. Bayard 2012, page 103)


    votre commentaire
  • A destination des managers ... 1°) Communication :
     
    Un homme entre dans la douche au moment précis où sa femme en sort, lorsque la sonnerie retentit à la porte de leur maison. La femme s'enroule dans une serviette de toilette, descend les escaliers en courant et va ouvrir la porte d'entrée.
    C'est Laurent, le voisin de palier. Avant qu'elle n'ait pu dire un mot, il lui lance :
     "Je te donne 500 € immédiatement si tu laisses tomber ta serviette".
    Elle réfléchit à toute vitesse et décide de laisser choir la serviette.
    Il l'admire un bon moment, puis lui tend un billet de 500 €.
    Un peu étonnée, mais contente de la petite fortune qu'elle vient de se faire en un clin d'œil, elle remonte dans la salle de bain.  Son mari, encore sous la douche, lui demande :
    "Qui était-ce ?"
    "C'était Laurent "
    "Super, il t'a rendu les 500 € qu'il me devait ?"
     
    Morale n°1 : Si vous travaillez en équipe, partagez rapidement les informations concernant les dossiers communs, vous éviterez ainsi bien des malentendus désagréables.
     
    2°) Procédures :
     
    Au volant de la 2 CV , un prêtre raccompagne une nonne au couvent.
    Le prêtre ne peut s'empêcher de regarder ses superbes jambes croisées.
    Il pose subitement la main droite sur la cuisse de la nonne.
    Elle le regarde et lui dit :"Mon père, vous souvenez-vous du Psaume 129 ? »
    Penaud, le prêtre retire sa main et se confond en excuses.
    Un peu plus loin, rongé par la tentation, il profite d'un changement de vitesse pour laisser sa main effleurer la cuisse de la nonne, qui lui redemande : "Mon père, vous souvenez-vous du Psaume 129 ?"
    Il rougit une fois de plus et retire sa main, balbutiant une excuse.
    Les voilà arrivés au couvent.
    La nonne descend de la voiture sans dire un mot.
    Le prêtre pris de remords pour son geste déplacé se précipite sur la Bible, à la recherche du Psaume 129.
    Psaume 129: "Allez de l'avant, cherchez toujours plus haut, vous trouverez la gloire »
     
    Morale n°2 :
    Au travail, une bonne connaissance des procédures est recommandée pour atteindre les objectifs ...
     
    3°) Hiérarchie :
     
    Un commercial, une secrétaire et un DRH sortent du bureau à midi et marchent vers un petit restaurant lorsqu'ils trouvent, sur un banc, une vieille lampe à huile. Ils la frottent et un génie s'en échappe.
    "D'habitude, j'accorde trois souhaits, mais comme vous êtes trois, vous n'en aurez qu'un chacun".
    La secrétaire bouscule les deux autres en gesticulant : " A moi, à moi ! Je veux être sur une plage des Bahamas, en vacances perpétuelles, sans aucun des soucis qui pourraient m'empêcher de profiter de la vie"
    Et pouf, elle disparaît.
    Le commercial s'avance à son tour : "A moi, à moi ! Je veux siroter une pina colada sur une plage de Tahiti avec la femme de mes rêves !"
    Et pouf, il disparaît.
    "C'est à toi" dit le génie en regardant le directeur du personnel.
    "Je veux que ces deux abrutis soient de retour au bureau après la pause déjeuner..."
     
    Morale n°3 :
    En règle générale, laissez toujours les chefs s'exprimer en premier, et méfiez vous du DRH.
     
    4°) Gestion des affaires:
     
    A la ferme, le cheval est malade.
    Le vétérinaire dit au paysan :" Je lui injecte un remède, si dans trois jours il n'est pas remis, il faudra l'abattre."
    Le cochon qui a tout entendu, dit au cheval: "Lève toi !"
    Mais le cheval est trop fatigué.
    Le deuxième jour le cochon dit : "Lève toi vite !"
    Le cheval est toujours aussi fatigué.
    Le troisième jour le cochon dit : "Lève toi sinon ils vont t'abattre !"
    Alors dans un dernier effort, le cheval se lève.
    Heureux, le paysan dit : "Faut fêter ça: on tue le cochon !
     
    Morale n°4 :
    Il faut toujours s'occuper de ses affaires et surtout ... fermer sa gueule !


    votre commentaire
  • [...]chacun de nous a trois besoins psychologiques qui poussent à agir : le besoin d'autonomie, le besoin de compétence et le besoin d'appartenance sociale. Leur satisfaction serait essentielle au bien être psychologique.[...] (Gilles Marchand, in " le monde de l'intelligence" n°24 avril-mai 2013 p13)


    votre commentaire
  • [...] Ce qui définit les leaders actuels ? "Le courage de dire les choses, de prendre les décisions et d'assumer."[...] (Guillaume Pepy, président de la SNCF, management janvier 2014 p24)


    votre commentaire
  • L'intuition, une remarque en passant ...Attention, le fait de manager selon des orientations précises et cadrées limite pour le manager la part de l'intuition. Or l'intuition prend toute sa place quand la décision s'inscrit dans un environnement ou règne une part d'incertitude. (jybouth 12 janvier 2014)


    votre commentaire
  • Risques psychosociaux... Un manque de courage ?[...] le seul vrai remède à la souffrance au travail existe et il est gratuit : c'est le courage managérial. Personne ne se suicide dans les entreprises bien managées, autour de principes clairs, de valeurs revendiquées et de priorités de cohérences. Personne ne harcelé lorsque le premier millimètre de harcèlement a valu une retentissante remontée de bretelles à son auteur. Le déclin du courage managérial est le premier signe qu'une entreprise se calcifie et que la vision des pionniers se voit remplacée par la pusillanimité des comptables. La reconstruction  du courage implique trois formules magiques : exemplarité, équité, vision. Mais quand le confort prend le progrès en otage, c'est le courage qui sert de rançon. On n'est pas sorties des ronces.[...] (Pierre Blans-Sahouin, coach de cadres dirigeants, fondateur et directeur de White Spirit, in Management janvier 2014 p14)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique